Comment réussir sa mise au point automatique

Bienvenue sur débuter la photo de paysage ! Si vous êtes nouveau ici, vous aimerez sans doute recevoir notre livre numérique “Le guide de l’apprenti photographe de paysage : plus de 140 pages pour apprendre les bases théoriques de la photographie” : cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 😊

C’est un problème très fréquent chez les débutants (comme nous), la mise au point est parfois mal faite ou au mauvais endroit. Alors, vos photos n’ont pas le même impact qu’elles devraient avoir. Et surtout, vous n’arrivez pas à obtenir le rendu que vous espériez. La mise au point automatique va nous permettre d’éviter d’avoir du flou non voulu sur nos photographies. Dans cet article, nous allons vous expliquer comment réussir votre mise au point automatique.

Qu’est-ce que la mise au point ?

C’est le fait de régler la netteté de l’image. La mise au point (MAP) c’est l’action que vous faites quand vous appuyez à mi-course sur le déclencheur de votre appareil photo, jusqu’à entendre un petit bip sonore. En faisant cela, vous allez rendre nette une partie de la photo. Vous allez ensuite déclencher pour prendre votre cliché.

Il y a différentes façons de faire la MAP, nous allons justement détailler tout cela dans la suite de cet article.

À quoi ça sert exactement ?

mise au point sur goutte d'eau au premier plan

La MAP sert à mettre en valeur un détail ou le sujet de votre photo. Vous allez faire la mise au point sur ce que vous voulez rendre net et donc mettre en valeur. Vous pouvez faire la MAP à l’endroit que vous voulez, pour donner le style de votre choix à votre photo.

Maîtriser la mise au point est essentiel pour éviter d’avoir des photos avec un rendu qui ne nous plaît pas. C’est aussi éviter d’avoir du flou à des endroits où on aurait voulu du net, etc. L’esthétisme de votre cliché est en jeu. Et par la même occasion, le message que vous allez faire passer. Car, il faut le rappeler, mettre en valeur son sujet est très important. Alors utiliser correctement la MAP peut vraiment vous être utile.

La MAP, c’est aussi très pratique pour créer du flou. Vous pourrez vous servir de la mise au point pour exprimer votre créativité. Vous êtes l’artiste qui décide quel détail doit être nette et mis en valeur et quel détail ne doit pas l’être.

Les collimateurs

collimateurs

Les collimateurs, ce sont les capteurs sur lesquels la MAP sera faite. Pour choisir où faire la MAP, vous allez sélectionner un ou plusieurs collimateurs. Vous pouvez les voir s’afficher sur l’écran de votre appareil ou directement dans le viseur. Lorsque la MAP est faite, les collimateurs sélectionnés s’allument et vous entendrez un bip sonore.

Il existe 3 types de collimateurs :

  • Des collimateurs en croix : illustrés par un carré, une croix ou une étoile. Le collimateur central est un collimateur carré. Ce sont les plus efficaces, ils permettent l’autofocus quelle que soit l’orientation du sujet.
  • Des collimateurs horizontaux : illustrés par un rectangle. Ils sont idéaux pour faire l’autofocus sur un sujet vertical.
  • Des collimateurs verticaux : illustrés également par un rectangle. Ils sont parfaits pour faire l’autofocus sur un sujet horizontal.

Le nombre de collimateurs dont dispose votre appareil dépend de sa gamme et de son ancienneté. Un boîtier entrée de gamme/ moyenne gamme aura peu de collimateurs. Et ils seront situés surtout au centre de l’écran. Mais, plus on monte en gamme, plus le nombre de collimateurs augmente. Alors, la zone sur laquelle on peut faire la mise au point sera plus grande. Les collimateurs permettent de choisir sur quelle zone de l’image vous voulez faire la MAP.

Il y a sûrement d’autres détails à donner sur les collimateurs, mais ce n’est pas le sujet de cet article. Cependant, comprendre à quoi ils servent va vous être utile pour la suite.

Deux manières de faire la mise au point

Pour choisir le mode de mise au point, il y a parfois un bouton AF/MF sur l’objectif de votre appareil. S’il n’y en a pas, la sélection se fait sûrement dans les menus de votre boîtier. Pour savoir dans quel menu chercher, et comment choisir le mode de MAP, je vous laisse consulter le manuel de votre appareil.

La mise au point automatique (dont nous allons parler aujourd’hui)

Aussi appelée l’autofocus. La MAP automatique, c’est le fait de laisser l’appareil faire la mise au point tout seul sur un détail que l’on a choisit. C’est le mode de MAP le plus utilisé. Lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, la MAP se fait automatiquement sur les collimateurs choisit. À la fin de cet article, normalement, vous saurez maîtriser la mise au point automatique !

La mise au point manuelle

Pour faire la MAP manuelle, il suffit de tourner la bague de mise au point de votre objectif. Ca peut aussi être une molette sur votre boîtier (sur les boîtiers très récents). Vous tournez la bague, et la MAP se fait. Lorsque vous estimez que la MAP est correcte et que la zone que vous voulez est nette, vous n’avez plus qu’à déclencher.

Même si ce mode de mise au point vous paraît simple à appliquer, en réalité, il ne l’est pas. Il est beaucoup moins rapide et moins précis que le mode automatique. Vous n’aurez pas toujours le rendu que vous souhaitez. Cependant, il est important d’essayer de le maîtriser un minimum. Peut-être qu’un jour, vous en aurez besoin, par exemple, c’est le mode idéal pour la macrophotographie.


Le mode de mise au point automatique est utilisé dans 90% des cas, car il est plus rapide. Il est également plus précis et plus pratique pour obtenir un résultat qui corresponde à vos attentes. C’est une des raisons pour laquelle je vais vous parler exclusivement de celui-ci dans cet article. Je vais détailler le processus à suivre pour réussir sa mise au point en mode automatique.

Comment réussir sa mise au point en mode automatique ?

mise au point sur pyramide de pierre

Comme je l’ai déjà dit plus haut, la MAP se fait lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur. En effet, un bip sonore ou un collimateur allumé vous indique que votre MAP est faite. Mais pour réussir sa mise au point, il faut savoir quel mode d’autofocus utiliser et comment choisir la zone de MAP.

1) Quel mode d’autofocus choisir ?

Il existe plusieurs modes d’autofocus (dont l’appellation diffère selon la marque de votre boîtier). Mais il y a 3 modes que l’on retrouve sur pratiquement tous les appareils.

  • Le mode One-shot / AF-S

Lorsque l’on appuie à mi-course sur le déclencheur, la mise au point se fait à l’endroit où nous avons décidé de la faire. Elle va ensuite se verrouiller. Il est alors possible de bouger pour trouver le bon cadre. La MAP ne bougera pas. Elle sera toujours faite au même endroit sur le même détail ou sur le même sujet. Pour cela, il faut garder le déclencheur à demi enfoncé.

Dès que vous entendez un bip sonore ou que les collimateurs sélectionnés s’allument, vous pouvez déclencher. S’ils ne s’allument pas, c’est que l’appareil n’arrive pas à faire la MAP. Vous ne pourrez pas déclencher. Appuyer sur le déclencheur ne fera rien. On dit qu’il y a “priorité à la mise au point”. Tant que la MAP n’est pas faite : pas de photo.

Ce mode est idéal pour photographier les sujets statiques/immobiles. C’est le mode d’autofocus le plus utilisé en photographie de paysage. Notamment, car il permet de prendre son temps pour faire la MAP, cadrer et déclencher.

Il existe une technique qui consiste à placer son sujet sur le collimateur central (le plus efficace). Vous devez ensuite faire la MAP en appuyant à moitié sur le déclencheur. En gardant le déclencheur enfoncé à moitié, vous pouvez ensuite vous déplacer pour placer votre sujet sur une ligne directrice. Cette technique permet d’avoir une bonne mise au point tout en utilisant la règle des tiers. C’est la mise au point – recadrage dont nous parlerons plus en détail dans un article complet prochainement.

  • Le mode AI-Servo / AF-C

Ici, la mise au point se fait en continue. Même lorsque le sujet bouge, la MAP se met à jour en temps réel. Il y a donc toujours une zone nette sur votre image. L’appareil est toujours prêt à déclencher, on dit qu’il y a “priorité au déclenchement”.

Il n’y a ni bip sonore, ni collimateur qui s’allume puisque la mise au point n’est jamais terminée, elle se fait en continue. Lorsque vous déclenchez, c’est la dernière MAP qui est prise en compte.

Ce mode de mise au point automatique est idéal pour photographier un sujet en mouvement. Par exemple, vous pouvez l’utiliser en photographie animalière.

  • Le mode AI-Focus / AF-A

Ce mode est un mélange des deux précédents. En effet, l’appareil photo va varier entre le mode One-shot et le AI-Servo tout seul. Il va d’abord faire la mise au point lorsque vous allez appuyer à mi-course sur le déclencheur. Ensuite, il va verrouiller la mise au point. Et cela jusqu’à ce que le sujet bouge. Dès lors que le sujet bouge, l’appareil passe en mode AI-Servo et va alors faire la MAP en continue.

On pourrait penser que ce mode est très pratique pour ne pas avoir à choisir entre les deux premiers. Mais en réalité, le mode AI-Focus n’est pas très rapide et est moins précis que ces confrères.


Il existe également d’autres modes comme les modes de détections du visage, des sourires ou des yeux. N’hésitez pas à les utiliser en photographie de portrait. Par exemple, le mode détection des yeux permet de faire le focus sur le regard, même si le sujet bouge.

Peu importe le mode de mise au point automatique que vous choisissez, vous devez ensuite choisir où faire la mise au point.

2) Choisir où faire la mise au point et la taille de la zone de MAP

Pour décider de la zone où faire la MAP et sa taille, il y a plusieurs modes. Vous pouvez décider vous-même de cette zone, ou bien laisser l’appareil choisir tout seul. L’appellation de ces différents modes diffère selon la marque de votre boîtier.

L’appareil choisit lui-même où faire la mise au point :

  • AF zone automatique

Ce mode signifie que l’appareil va choisir lui-même sur quels collimateurs faire la mise au point. Il choisit tout seul s’il faut faire la MAP sur un seul ou sur plusieurs collimateurs. L’appareil photo va choisir l’endroit qu’il trouve le plus logique pour faire la MAP, c’est-à-dire le premier plan ou le centre.

Vous choisissez où faire la MAP :

  • AF zone point sélectif

Dans ce mode, c’est à vous de sélectionner sur quel collimateur vous allez faire la MAP. Avec le mode AF zone point sélectif, vous ne pouvez sélectionner qu’un seul collimateur. La mise au point se fera donc sur une zone très réduite et donc très précise. Pour choisir sur quel collimateur faire la MAP, vous devez soit tourner une molette, soit chercher dans les menus.

  • AF zone dynamique

Ici aussi, c’est à vous de sélectionner les collimateurs sur lesquels faire la MAP. Ce mode vous permet de sélectionner une zone. Vous choisissez un collimateur principal sur lequel faire la mise au point. Ensuite, l’appareil va étendre la MAP aux collimateurs proches de celui que vous avez sélectionné pour faire la MAP sur une zone plus large. Ce mode est parfait pour la photographie de paysage, lorsqu’on ne veut pas forcément de MAP sur une zone précise.

Résumé

mise au point sur petite brindille
  • Choisir soit le mode de mise au point automatique ou manuel

Si vous choisissez la MAP automatique (ce que je vous conseille vivement de choisir). Il faut alors :

  • Choisir un mode de mise au point automatique : One shot, AI-Servo ou AI-Focus
  • Choisir où faire la MAP : AF zone automatique, AF zone point sélectif ou AF zone dynamique

Modes de MAP automatique :

  • One shot/AF-S : idéal pour photographier un sujet statique
  • AI-Servo/AF-C : idéal pour photographier un sujet en mouvement
  • AI-Focus : moins rapide et moins précis

Modes pour choisir où faire la mise au point :

  • AF zone automatique : l‘appareil choisit seul sur quel collimateur faire MAP
  • Le mode AF zone point sélectif : vous choisissez un seul collimateur sur lequel faire la MAP
  • Et AF zone dynamique : vous choisissez un collimateur principal. L’appareil sélectionne ensuite une zone autour de celui-ci pour avoir une grande zone de mise au point.

Il est possible que votre appareil n’arrive pas à faire la mise au point. Cela peut être dû à deux choses : un manque de lumière ou trop peu de contraste. L’appareil n’arrive donc pas à accrocher au sujet et à comprendre où faire la MAP.

À vous de jouer

Pour réussir à comprendre les différents modes, je vous invite vivement à prendre votre boîtier et à regarder les menus. Pensez à lire le manuel de votre appareil si vous ne trouvez pas les différents modes dont je parle dans cet article. Il est possible que l’appellation soit différente. Regardez sur internet si vous ne trouvez pas dans votre manuel.

Testez les différents modes de MAP automatique : One-shot, AI-Servo, AI-Focus. Et testez les différents modes de sélection des collimateurs : AF zone automatique, AF zone point sélectif et AF zone dynamique.

Testez également la mise au point manuelle : tournez la bague de MAP de votre objectif et observez son fonctionnement.

Thème de la prochaine semaine

Le thème de la prochaine semaine de défi 1 an pour apprendre la photo de paysage est… L’hyperfocale. Nous allons essayer de comprendre comment se calcule la distance hyperfocale et à quoi elle sert. Vous verrez qu’il y a un lien entre mise au point et distance hyperfocale.

N’hésitez pas à nous suivre sur la page facebook du défi. Nous y publions régulièrement des articles ou vidéos sur le thème de la semaine pour apprendre ensemble la photographie.


Maintenant que vous savez maîtriser la mise au point automatique, vous devriez avoir moins de photos ratées et floues. Si c’est toujours le cas, il peut s’agir de flou de bouger. Dans ces cas-là, je vous conseille de mieux régler votre vitesse d’obturation. Nous avons d’ailleurs écrit un article à ce sujet il y a quelques semaines, je vous laisse le lire en cliquant ici.

Nous espérons que cet article vous a aidé. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir dans l’espace commentaire ! 😊

À bientôt sur débuter-la-photo-de-paysage.com ! 📷

Vous allez aussi aimer…

0 commentaires

Laisser un commentaire

Recevez GRATUITEMENT notre livre numérique "Le guide de l'apprenti photographe de paysage : plus de 140 pages pour apprendre les bases théoriques"

You have Successfully Subscribed!

Recevez GRATUITEMENT notre livre numérique "Le guide de l'apprenti photographe de paysage : plus de 140 pages pour apprendre les bases théoriques"

 

- Plus de 140 pages pour apprendre les bases théoriques de la photographie

- Des exercices pour s'entrainer

- Des conseils pour réussir vos photos de paysages

You have Successfully Subscribed!